Dalt Vila

La vieille ville de la capitale

C’est entre autres grâce à Dalt Vila que la ville d’Ibiza a été inscrite au patrimoine mondial de l'UNESCO. Les fortifications et la structure des constructions à l’intérieur des remparts ont été déterminantes dans ce choix. Visitez cette vieille ville, vous ne le regretterez pas. Les amateurs d’histoire se régaleront, et ceux qui ne s’y intéressent pas vraiment pourront tout de même apprécier l’atmosphère incroyable qui règne entre ces vieux murs.

Cinq chemins pour accéder à la vieille ville – Le Portal de ses Taules et les alternatives

Il y a cinq points d’accès à Dalt Vila. L’entrée la plus imposante est le Portal de ses Taules, pas loin du port. Rien que cette porte vaut le coup d’œil et fait partie des choses à voir dans la ville. Il faut tout d’abord gravir un pont-levis, avant de passer le porche, qui est flanqué de deux reproductions de statues romaines. Une fois que l’on a franchi les murs épais du rempart, le chemin traverse la place d’armes : c’est là que se rassemblait autrefois la garde de la ville. Aujourd’hui, on peut généralement y voir des spectacles de rue.

Il n’y a pas de place de parking à proximité du Portal de ses Taules. Si vous flânez le long du port et dans les quartiers des environs, vous finirez forcément par tomber sur le Portal.

Il n’y a qu’un seul accès pour les véhicules motorisés : il se situe également du côté du port. Mais comme la circulation est limitée dans l’enceinte de Dalt Vila, seules les personnes autorisées peuvent l’emprunter. La troisième entrée est un peu cachée : c’est le Portal Nou, qui se trouve sur le flanc ouest. Et pour finir, les deux autres points d’accès sont intéressants car ils conduisent directement au cœur de la vieille ville, à la Plaça de la Catedral (ou Plaça d’Espanya). Le chemin qui y mène passe en fait derrière les fortifications en faisant le tour de la colline. Il y a un parking au bout de cette petite route, mais le nombre de places est limité.

Tous les chemins mènent à la cathédrale – Visite de la vieille ville

L’avantage, quand on visite Dalt Vila, c’est que l’on n’a pas besoin de se soucier de l’itinéraire à emprunter. Tant que le chemin monte un peu, c’est que l’on se dirige bien vers la cathédrale, qui trône en haut de la colline. S’il y a un monument à ne pas rater, c’est elle. En revanche, il est important d’être équipé de bonnes chaussures pour éviter de trébucher sur le pavé inégal. Si vous souhaitez vraiment suivre un itinéraire précis pour explorer Dalt Vila, deux possibilités s’offrent à vous.

Première option : suivre les remparts. À quelque distance du Portal de ses Taules, à gauche comme à droite, se trouvent des escaliers vous permettant d’accéder au chemin de ronde. Allez de préférence dans le sens contraire des aiguilles d’une montre (c'est-à-dire en commençant par vous diriger vers la mer) : vous passerez ainsi devant de jolis points de vue et quelques monuments, et vous emprunterez deux « passages secrets ».

Deuxième option : prendre à gauche après le Portal de ses Taules et suivre le seul chemin entièrement carrossable qui monte en zigzag jusqu’en haut de la colline. Vous verrez ainsi plusieurs monuments de la vieille ville tout en savourant l’atmosphère de ses petites rues tortueuses : c’est là que le centre historique dévoile tout son caractère. Vous pourrez à tout moment prendre des raccourcis en bifurquant dans des ruelles ou en montant des escaliers. Si vous désirez simplement monter en haut de la colline, vous avez donc le choix entre ces deux itinéraires ; si vous souhaitez ensuite prolonger la promenade, vous pouvez suivre les remparts ouest de la ville. Vous tomberez alors sur un des plus beaux panoramas de la région occidentale de l’île. Le chemin de ronde débouche sur le Portal Nou : vous pouvez quitter Dalt Vila par là ou refaire un détour par les ruelles pour rejoindre le Portal de ses Taules. En savoir plus sur les fortifications

Jolis points de vue et passages secrets – En suivant les remparts

Depuis le haut des remparts, juste après le Portal de ses Taules, s’offre une jolie vue sur le port et le quartier de Sa Penya avec ses rues tout aussi sinueuses que celles de Dalt Vila. De l’autre côté, à l’intérieur de l’enceinte de la ville, il y a un tout petit parc, un des seuls espaces verts de la vieille ville. La statue de l’homme assis au milieu de ce parc représente Isidor Macabich. Né en 1883 et mort en 1973, il était à la fois ecclésiaste, historien et poète, et reste surtout connu pour ses explorations et ses recherches historiques sur l’île.

On atteint ensuite un bastion, le Baluard de Santa Llúcia. Situé à la pointe de la vieille ville, côté mer, il offre un panorama sur la Méditerranée, le quartier de Sa Penya et, si on lève les yeux dans l’autre direction, sur la cathédrale. Des fêtes et autres événements sont régulièrement organisés à cet endroit, non seulement en raison de la superbe vue, mais aussi simplement parce que c’est le plus grand espace en plein air disponible au sein de la vieille ville. Le chemin longe ensuite l’arrière de l’église Sant Domingo, qui fait partie du couvent voisin.

On débouche alors sur une petite place plantée de palmiers, la Plaça d’Espanya. Le grand bâtiment qui la borde était auparavant le couvent de Santo Domingo ; il abrite aujourd’hui l’hôtel de ville. Débutée à la fin du XVe siècle, la construction de ce monument s’est prolongée au cours de tout le siècle suivant. En 1835, la communauté monastique a été dispersée, et le monument sécularisé. Il est maintenant ouvert aux visites. Le cloître et les peintures suspendues aux fenêtres des bureaux sont remarquables.

Le monument situé en face du couvent a été construit en l’honneur de Guillem de Montgrí, l’évêque qui a conquis Ibiza en 1235. On ne peut plus continuer de suivre le chemin de ronde, car un mur, qui pourrait faire penser à une deuxième ligne de remparts, bloque le chemin : en fait, comme la ville est bâtie sur une colline, il faut monter à l’étage supérieur. Pour cela, il faut emprunter un tunnel. Il vous conduira d’abord à l’extérieur de l’enceinte de la ville, mais quelques mètres plus loin vous trouverez un autre passage souterrain qui débouche tout près de la cathédrale.

Ces tunnels sont des raccourcis bien pratiques et amusants pour les enfants, mais ils permettent également de découvrir une casemate aménagée en musée, et donc de comprendre concrètement quels étaient les moyens de défense de la ville à l’époque.

S’imprégner de l’atmosphère et contempler les monuments – En empruntant les petites rues

Sur les premiers mètres, l’itinéraire est le même que pour la promenade décrite ci-dessus, sauf qu’ensuite, en suivant la route plutôt qu’en marchant sur les remparts, on longe la façade de l’église du couvent Santo Domingo. Si vous souhaitez voir la Plaça d’Espanya, prenez à gauche quand vous arrivez au bout du premier grand virage (ne prenez pas de raccourcis par les escaliers). Revenez ensuite sur vos pas et continuez de suivre la route. Les majestueux hôtels particuliers qui la bordent appartiennent bien sûr aux personnes les plus fortunées de la ville, comme c’était déjà le cas à l’époque.

Avant de prendre le virage suivant, les amateurs de culture pop doivent absolument faire un crochet par la Carrer de Conquista, en prenant un petit escalier qui descend. Ils pourront y admirer des empreintes de mains moulées dans du plâtre, mais pas les mains de n’importe qui : celles de stars de la pop et de la télé des années 1980 et 1990.

Revenez sur la rue principale. Dans le virage, vous verrez la chapelle de Sant Cristòfol (San Cristóbal), qui est rattachée au couvent des Augustines (Convent de les Monges Tancades). Érigés au début du XVIIe siècle, ces deux bâtiments ont été détruits au cours de la guerre civile espagnole, puis reconstruits au XXe siècle.

Les religieuses vivant en couvent respectent la clôture monastique. Cela signifie qu’elles ne quittent jamais le couvent et que leur contact avec le monde extérieur est limité au strict minimum. Ainsi, on ne peut voir celles de Sant Cristòfol que lorsqu’elles vendent leurs gâteaux.

On passe ensuite devant la minuscule chapelle de Sant Ciriac, nichée dans un mur sur la droite. L’île a été conquise par les chrétiens en 1235, le 8 août, jour de la saint Cyriaque ; ce saint a donc été proclamé protecteur de la ville, et cette chapelle lui est consacrée. Sous l’autel, on aperçoit un passage secret. Selon la légende, c’est par ce tunnel que les conquérants chrétiens ont pu s’introduire dans la ville.

Juste à côte de la chapelle se trouve la Casa Colom. On passe ensuite devant le musée d’art Museu Puget et devant le Centre d’Interpretació Madina Yabisa, juste avant d’arriver à la cathédrale.

La cathédrale et le Castillo Almudaina – Au sommet de la vieille ville

Cet itinéraire aboutit lui aussi à la cathédrale. Évidemment, une visite de cette merveille architecturale s’impose. Sur cette place se trouvent également le palais épiscopal et l’ancien tribunal (la Casa de la Cúria). Il abrite aujourd’hui entre autres un office de tourisme.

Les bâtiments à droite de la cathédrale font partie du Castillo Almundaina. Faites le tour de la cathédrale : vous arriverez à un bastion d’où vous aurez une meilleure vue sur ce château. Cependant, l’idéal est de le contempler depuis la mer. Le Castillo Almundaina est un des emblèmes d’Ibiza.

Il date de l’époque mauresque et remplissait alors des fonctions militaires et administratives. En ce temps-là, il n’y avait pas encore ces magnifiques remparts autour de la colline. Ce site n’a cessé d’être transformé au cours des siècles. On estime que les fortifications du château comptaient auparavant 12 tours : elles ont perdu toute utilité quand les remparts ont été élargis pour protéger toute la vieille ville. L’époque moderne lui a rendu son rôle militaire et administratif. Chaque fois que le bâtiment subit de nouvelles transformations, on découvre des vestiges archéologiques qui avaient été dissimulés par les modifications antérieures. Le site est donc très prisé des archéologues. Il n’est malheureusement pas possible de visiter le Castillo Almudaina, car il est une fois de plus en travaux. Il va en effet être transformé en hôtel de luxe.